BlogMa sortie du placard du trip (lentement)
  • $

$ 0, -

0,00 $US

Ma sortie du placard du trip (lentement)

13-11-2014

Ici à Azarius, je prêche des convertis. Si vous lisez ceci, vous êtes au moins un peu fou mais aussi ouvert d'esprit et aventureux. Je rencontre dans ma vie de tous les jours un paquet de personnes qui ne sont pas aussi libres d'esprit. Et il est vrai que je parle volontiers ici et là de ma consommation de drogues.

J'aime partager mes expériences impressionnantes, et je parle donc parfois de mes meilleurs trips dans leurs détails. Comme un autre aimerait parler d'un bon bouquin, rien de plus, rien de moins. Je choisis mon audience et garde ça pour les amis. Tous ne comprennent pas ma fascination. Ce n'est pas un problème, vu que je ne comprends pas toutes les leurs. Mais ils me connaissent, écoutent mon histoire, et ne se font pas plus de soucis qu'ils devraient s'en faire.

Il y a des moments où je prends des risques. Je rencontre des réactions négatives et continue à parler des trips. Car je ne pense pas honnêtement qu'il y ait quelque chose de mal là-dedans. Et je pense que cette société peut utiliser des idées psychédéliques. Rien ne changera si tous les psychonautes gardent la bouche close.

Le problème a commencé avec le mot "drogues". Un terme générique qui regroupe un grand nombre de substances, légales et illégales. La canette de bière de mon partenaire de conversation, par exemple. Mais la plupart d'entre eux pensent à des scènes de Transpotting, même si les drogues que je consomme n'ont rien à voir avec ce film.

Alors j'essaie d'expliquer que les psychédéliques ne fonctionnent pas vraiment de cette manière, qu'ils ne rendent pas physiquement dépendant, que vous n'aurez pas besoin de tripper avant un moment après un bon trip. Et je peux lire l'inquiétude dans les yeux de mon partenaire de conversation, qui semble se demander si je ne suis pas dans le déni.

Il est tentant alors de faire la comparaison avec l'alcool. Objectivement beaucoup plus dangereux. Je ne partirai pas là-dedans. L'alcool est légal, et presque tous les adultes boivent à l'occasion. Quand je pars dans cette discussion, cela passe pour une attaque et des remparts de protection s'érigent.

Les faits sont de mon côté. Mais on fait peu de cas des citations d'articles scientifiques dans les conversations informelles. Je mentionne que c'est loin d'être aussi dangereux qu'on peut le penser, tant que vous le faites avec prudence. Que ça peut apporter de grands bénéfices. Et que les psychédéliques jouent un rôle central dans de nombreuses cultures magnifiques.

Je vais m'arrêter là. A la prochaine fête, ils verront bien que je suis toujours parfaitement fonctionnel. Un autre petit pas vers l'acceptation des psychédéliques.

Et vous ? Comment parlez-vous de ce que vous consommez ?



Avez-vous au moins 18 ans ?

Vous devez confirmer que vous avez au moins 18 ans pour visiter notre site internet.