BlogExpériences d'Azarius : le kambo
  • $

$ 0, -

0,00 $US

Expériences d'Azarius : le kambo

07-05-2014

Dans la nouvelle série « expériences d'Azarius », un de nos indomptables employés à partagé son expérience avec une substance psychoactive ou un produit relatif à la culture des stoners. Dans l'épisode du jour, le kambo :

« Quand un de mes amis a partagé avec moi son expérience du kambo il y a quelques années, j'ai décidé que je n'affronterais jamais une telle épreuve. Il faut savoir que le kambo est le poison secrété par la grenouille singe (Phyllomedusa bicolor). La grenouille singe est une grenouille des arbres qui vit au nord ouest de l'Amazonie, où les shamans récupèrent le poison de leur dos, afin de le faire pénétrer dans la peau d'un membre de la tribu, mais ils brûlent auparavant la couche supérieure de la peau afin que le kambo soit immédiatement mélangé au flux sanguin. L'idée d'une scarification volontaire ne m'attire pas du tout, mais ce n'est que le début, parce qu'après quelques minutes qui suivent l'application du Kambo, vous expérimenterez un sentiment de mal en point submergeant qui résultera en de forts vomissements.

Il est inutile de préciser que ça me semblait être une expérience bien peu agréable. Mais j'étais cependant curieux, car il semblait que le kambo avait des vertus desintoxicantes, nettoyantes, et stimulant le système immunitaire. Les indiens pensent qu'il permet de soigner le panema (mot shaman utilisé pour décrire « les troubles d'une personne », tous les aspects négatifs de la vie). Le panema prive une personne d'être lui-même. Le kambo pourrait donc vous permettre un retour aux sources. Ça doit être la raison pour laquelle j'ai entendu beaucoup de commentaires enthousiastes sur des sessions de kambo. Après une session, les gens se sentent plus énergiques, plus sains et mentalement plus forts.

J'ai décidé un jour de faire un essai, je voulais expérimenter le kambo. Une semaine après ma décision, je me suis retrouvé dans un salon à Amstersdam, où je m'étais rendu avec ma petite-amie afin de suivre un rituel shamanique. Après une courte introduction, le rituel a commencé. Nous avons bu 2 litres d'eau et avons été traités un par un. J'ai été assez poli pour proposer à tout le monde de passer avant moi, car je n'étais pas très emballé par l'idée de devenir extrêmement malade en à peine quelques minutes, ce qui me rendait légèrement nerveux. Quand j'ai vu ce qui se passait avec les autres participants, j'ai alors souhaité être passé le premier...

Les uns après les autres, ils sont devenus très malades. L'intégralité du contenu de leur estomac s'est retrouvé au fond d'un saut, et leur visage est devenu horrible. Je me suis retrouvé assis sur la chaise en face du shaman, et il a commencé à brûler la couche supérieure de ma peau. Ils m'avaient dit que ça ne faisait pas mal mais ce n'était qu'un vicieux mensonge. Après que le shaman ait appliqué le kambo sur la petite brulure, cela fit encore plus mal, mais une fois que je suis arrivé à y faire abstraction, j'ai commencé à me sentir bien. Mon corps entier s'est réchauffé et j'ai ressenti une légère pression sur la tête. Cela m'a ramené à ma puberté, quand j'utilisais du poppers. C'était assez plaisant. J'ai attendu, légèrement nerveux, le saut entre les jambes, mais rien ne s'est passé.

Au bout de quelques minutes, je n'étais toujours pas malade. Ce n'est pas très favorable dans ces cas là car le shaman a décidé de me tatouer également l'autre bras. A la fin j'avais 13 tâches de brûlure mais je ne me sentais toujours pas nauséeux. J'ai développé à la place de gros maux d'estomac. J'ai eu alors peur que ça veuille sortir par l'autre côté. Malheureusement, la fille qui était avant moi était déjà assise sur la cuvette depuis 15 minutes et elle ne semblait pas vouloir la quitter si tôt. La situation est devenue plus délicate. Les toilettes ont fini par se libérer au bout d'un long moment. J'ai couru avec le saut dans la main. Il était juste temps, le kambo quittait mon corps des deux côtés, mais le saut n'était pas assez profond, et j'ai donc recouvert les toilettes de mon vomi coloré.

Ça ne m'a pas vraiment dérangé sur le moment car je pensais que j'étais en train de mourir. Me demandant constamment ce que je m'étais infligé. Après un long moment, je suis retourné non sans mal dans le salon, où j'ai finalement compris le but des petits matelas sur le sol. Je me suis étendu sur l'un d'eux et décidai que je ne recommencerai plus jamais. Heureusement j'ai commencé à me sentir mieux au bout d'une quinzaine de minutes. Le Shaman m'a alors demandé de faire une deuxième session, mais j'ai refusé. Dites que je suis faible, mais je n'ai vraiment pas aimé l'idée d'être extrêmement malade dans un environnement non familier, sans avoir accès aux toilettes. Le shaman a essayé de me convaincre, mais j'ai refusé fermement.

A la fin, tout effrayant que ça ait été, je ne peux pas renier le fait que je me suis senti profondément nettoyé. Quand je me suis remis du traitement je me suis senti assaini, léger et clair dans ma tête. Je considère que cette expérience a été globalement positive, mais j'aimerais la prochaine fois emmener mes propres toilettes.


Avez-vous au moins 18 ans ?

Vous devez confirmer que vous avez au moins 18 ans pour visiter notre site internet.